Un promoteur réclame près de 3 millions d’euros au DAL

Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de l'association 'Droit au logement'. JULIEN MATTIA / NURPHOTO / AFP

C’est aujourd’hui que se tient le procès qui oppose un promoteur immobilier espagnol à l’association « Droit Au Logement » et à deux militants de « Jeudi Noir ». Il leur demande de payer la modique somme de 2,7 millions d'euros.

Les faits remontent à janvier 2013. Le DAL a soutenu l’occupation d’un logement laissé vacant depuis plusieurs années, situé au 2 rue Valenciennes dans le 10e arrondissement de Paris. Des sans-logis s’y sont installés, ce qui a fortement déplu au promoteur espagnol qui possédait ce bâtiment. Une procédure judiciaire a donc été lancée, à son initiative. Montant du préjudice estimé : 2,7 millions d’euros.

Immeuble revendu 2 fois plus cher

L’association « Droit Au Logement » souligne, dans un communiqué, le fait que ce promoteur en question a « fait fortune pendant les années d'intenses spéculations immobilières en Espagne, ce qui avait précipité des centaines de milliers de familles espagnoles dans le surendettement et plongé le pays dans la récession ». Le collectif rappelle ensuite qu’il a revendu en 2015 cet immeuble « deux fois plus cher qu'il ne l'avait acquis en 2004, via une société hollandaise créée pour placer ses profits ».

Site transformé en logements sociaux

« Il y a donc une volonté manifeste de tenter de couler le DAL et de sanctionner deux membres de Jeudi Noir », affirme l’association, en précisant au passage que « cette lutte a porté ses fruits puisque la plupart des occupants a été relogée en HLM et le site sera transformé en logements sociaux ». 

Chloé Juhel

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. I love you

    La première fois qu'une nana m'a dit je t'aime, c'était comme un tonnerre d'applaudissements, comme si je recevais l'oscar du meilleur acteur tellement j'étais honoré et submergé de bonheur...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito