Tissé Métisse : association historiquement engagée pour l’interculturalité

La fête Tissé Métisse à la cité des congrès de Nantes, le 10 décembre 2016. Crédit photo : Tissé Métisse - © Yves Monteil

Promouvoir l’interculturalité, le vivre-ensemble, la lutte contre toutes les discriminations. Tout au long de ses 24 éditions, la fête Tissé Métisse a gardé intacts ses principes de base sur lesquels elle a été fondée. Aujourd’hui, l’association Tissé Métisse travaille toute l’année dans les quartiers populaires de Nantes et de sa région, en gardant cet engagement politique et militant présent depuis le début.

Historiquement engagée

C’est en 1993 qu’à l’initiative d'un inter-comité d'entreprise, association des comités d'entreprise de Nantes et région (ACENER), la première fête Tissé Métisse est lancée. Une première édition en réponse à un climat particulier : « Il y avait une posture politique dans le climat des lois Pasqua sur l'immigration, de la montée du Front national dans les élections locales et aussi, il est vrai, le concept désuet des fêtes de fin d'année des CE » explique Cyrille Prévaud, directeur adjoint de Tissé Métisse. D’emblée la notion d’interculturalité était au centre de cette fête, avec l’apport d’associations militantes de quartiers, mais également du MRAP, de la LDH...

Près de dix ans après sa création, un événement politique majeur va entraîner un questionnement puis une restructuration pour continuer de promouvoir les valeurs du vivre-ensemble : « Avril 2002, élections présidentielles avec Le Pen au second tour. L'ensemble des partenaires a voté pour que Tissé Métisse se poursuive. Mais il faut s'autonomiser, devenir une association, ce qui est fait en avril 2003 ».

Un travail quotidien

Depuis la naissance de l’association, toutes les valeurs portées par la fête Tissé Métisse, sont défendues au quotidien par de nombreux bénévoles : « Les objectifs étaient de maintenir la fête et développer des activités au quotidien dans les quartiers populaires, avec les habitants, l'intercomité d'entreprise, le monde syndical et associatif... Ce qui est en fait une structuration de projet assez unique en France » rappelle le directeur adjoint.

Ainsi, tout au long de l’année, divers ateliers sont tenus selon des thèmes précis auprès de publics jeunes (18-25 ans) et moins jeunes. Luttes contre les discriminations à l’emploi, femmes et interculturalité, jeunes et citoyenneté… Un travail essentiel ayant permis d’engager le dialogue sur les événements tragiques qui ont endeuillé la France en 2015 notamment : « L’atelier "Coup de projecteur" permet une réflexion sur les faits d'actualité. Plusieurs thèmes ont été développés sur la montée des extrêmes, l'après-Charlie... Nous travaillons avec des publics qui ont pu être attirés par les sirènes de l'extrémisme quel qu'il soit. Autant le Front national que l’extrémisme religieux ».

2017, année d’élection présidentielle

Si 2017 n’a pas officiellement commencé, les pistes de travail sont déjà en cours d’élaboration et l’engagement politique des jeunes occupera une grande place dans cette année électorale : « Nous allons axer notre travail sur la question des jeunes et notamment la question politique. Nous ambitionnons de faire une création théâtrale sur la jeunesse et la politique. Egalement un forum pour mobiliser les jeunes sur les élections présidentielles » confie Cyrille Prévaud. Ce dernier précise également que le sujet des gens du voyage sera également mis en avant avec la mise à jour livret sur les gens du voyage : « s'informer pour mieux comprendre », en collaboration avec les principaux intéressés et des spécialistes du droit.

Mais surtout, 2017 sera l’année de la 25ème édition de la fête Tissé Métisse. A date exceptionnelle, dispositif exceptionnel, puisque la Cité des Congrès, qui fête également ses 25 ans, apportera des fonds financiers. Cependant, le directeur adjoint de Tissé Métisse précise d’emblée qu’il n’existe « aucune accointance » avec ce lieu et que l’association a toujours loué la salle. Encore une fois, la volonté d’occuper cet espace a un but bien précis : « Nous voulons être à la cité des congrès pour que le temps d'une soirée ce soit une « cité populaire », parce que sinon, dedans, il n'y a que des colloques nationaux, internationaux (…). Mais c'est un équipement public et nous voulons que les gens, qui naturellement n'iraient jamais à la cité des congrès, puissent bénéficier de cet équipement dans un contexte de fête ».

Le 10 décembre dernier, la fête Tissé Métisse a tenu toutes ses promesses. Nul doute que la 25ème éditions aura une résonance particulière, et ce, quel que soit le résultat des élections présidentielles.

CH. Célinain

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Nos plumes énervées

    Un jour, ma prof de français, qui n'aimait pas ma manière d'écrire, qu'elle jugeait médiocre, m'a dit que je n'irais pas bien haut dans la vie si je continuais à m'exprimer de cette maniè...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»

Edito