S’organiser d’abord localement

Laetitia Nonone, présidente de l’association de prévention « Zonzon 93 »

 

La présidente de l’association de prévention « Zonzon 93 » défend une très forte identité liée à la banlieue, depuis sa ville, Villepinte en Seine-Saint-Denis. Portrait.

 

Laetitia Nonone a grandi entre les quartiers populaires d'Aulnay-sous-Bois et de Villepinte. Elle se définit comme: « femme, noire, afrocaraïbéenne, magrébine et francaise, habitante du 93 et fière ». Plus précisément, elle dit vivre « quartier », dormir « quartier », manger « quartier », kiffer « quartier ». Mais elle reprend souvent une citation de Khadija, une jeune adhérente de son association : « on n’est pas que la banlieue, on est aussi la France ».

« Personne ne viendra nous chercher, ici on avance tout seul. Alors il faut que l’on avance déjà entre nous, que l’on s’intéresse à tout et que l’on aille là où ils nous attendent le moins… », ajoute t-elle dans un discours teinté de pessimisme, tout autant que de réalisme, « la désillusion s’est transmise d’une génération à l’autre ». 

Dévouée à l’éducation populaire

Laetitia Nonone devait se destiner à une carrière commerciale, avant de choisir une tout autre voie, celle de l’action associative. Elle s’est dévouée, et se dévoue encore, à l’éducation populaire et à l’insertion socio professionnelle des jeunes. En 2008, elle fonde « Zonzon 93 », structure axée en premier lieu sur la pre?vention de la de?linquance qui s’est ensuite orientéevers l’insertion, la citoyenneté et la culture.Laetitia Nonone s’est nourrie de son histoire pour mener de front son action. Son père, ancien policier, ainsi qu’un de ses petits frères, ont été incarcérés.

« Dénoncer c’est bien, proposer c’est mieux ! »

Sur le terrain militant toujours, Laetitia Nonone est la co-déléguée régionale Île-de-France de la coordination « Pas sans nous », créée par Mohamed Mechmache et Marie-Hélène Bacqué. Récemment, elle est également devenue membre du bureau du Conseil national des villes. « Je ne cherche pas du tout à faire carrière en politique », explique t-elle, « le terrain, c’est bien mais connaître les enjeux, les stratégies et la politique de la ville me permet d’être mieux armée pour répondre aux besoins des jeunes des quartiers populaire et interpeller nos élus comme ils se doit. Dénoncer c’est bien, proposer et imposer c’est mieux ! ».

« Notre fête de l’humanité à nous »

Enfin, Laetitia Nonone et son équipe ont également fondé le festival solidaire et culturel Kiwitas. Il s’agit d’un rendez-vous annuel, qui a été parrainé par Kerry James ou encore Lilian Thuram. « Une véritable fête populaire, notre fête de l’humanité à nous, nous membre de la société civile... » pour Laetitia Nonone.La 4 ème édition aura d’ailleurs lieu le 28 mai prochain, à Villepinte toujours. Avec pour thème, cette année, le devoir de mèmoire, et pour parrain, Dawala, producteur de rap et créateur du label Wati B, qui produit Sexion d'Assaut.

Chloé Juhel

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Les femmes, les Noirs et les Arabes

    Moi si j'étais une femme blanche en France, je mènerais The combat aux côtés des Noirs et des Arabes. Parce que, même si certaines choses ces dernières années ont évolué pour elle, gr&aci...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»

Edito