Résumé du match amical Club Africain (Tunisie) 0-3 PSG (France) 04/01/2016

Le Club Africain s'est incliné à domicile hier mercredi 4 janvier par trois buts à zéro face au Paris Saint-Germain au stade olympique de Radès, dont deux buts inscrits dans les arrêts de jeu. Le PSG jouait avec six joueurs titulaires absents. Amical, le match n'en a pas moins été émaillé d'affrontements entre supporters du CA dans les gradins en fin de partie, mécontents du rendement de leur équipe. 

L’affiche était pourtant alléchante. Le multiple champion de France rencontrait l’une des plus anciennes équipes d’Afrique à Tunis pour un match amical à l’occasion de la reprise post-hivernale. Sans surprise, malgré l'absence de quelques stars, le PSG a régalé les 35 000 spectateurs du stade de Radès avec trois buts signés Nkunku, Di Maria et Augustin.

Un score qui a visiblement déplu aux plus radicaux des supporters du club de la capitale tunisienne.  Le virage des ultras avait déjà déployé en début de match une banderole géante avec comme slogan "Created by the poor, stolen by the rich", une allusion au milliardaire Slim Riahi, qui a repris le prestigieux club de la capitale après la révolution.  

L’ambiance était pourtant restée festive jusqu'en deuxième période. Malgré le dispositif de sécurité déployé, de violents heurts ont alors éclaté en tribune. 43 personnes ont été interpellées à la suite de ces affrontements qui ont fait un blessé grave parmi les policiers. Dès la fin du match, les joueurs parisiens ont été rapidement reconduits sous bonne escorte jusqu’à leur car.

Outre le match, la visite des champions de France en Tunisie a donné lieu à plusieurs actions promotionnelles et caritatives. Les joueurs ont par exemple participé à un dîner de gala et une vente aux enchères au profit d'une association gérant des orphelinats. Par ailleurs, le président qatari du PSG, Nasser el-Khelaifi, s'est lui entretenu avec le chef de l'Etat tunisien, Béji Caïd Essebsi, et lui a offert un maillot du PSG à son nom : "BCE".

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Quand on veut on peut : Toz

    Beaucoup de ceux qui sont bien nés, pas tous heureusement, qui ont réussi, non pas grâce à leur sueur mais grâce à leur pedigree de privilégiés de l'existence surkiffent les Bicots de banlieue d...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»

Edito