La chronique du Tocard. Mes souvenirs de colos

Quand papa disait Non, c'était bon signe, parce qu'on savait que maman finirait par dire Oui. Non pas parce qu'elle était contre l'avis de son mari, c'était juste par automatisme, par pure opposition maritale, pour l’égalité hommes femmes, pour rééquilibrer un peu la donne.  Elle aimait bien se servir de ses enfants pour régler de vieux comptes avec son Mohand, comme le font d'ailleurs tous les couples ...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. L'opium du peuple

Je vais vous dire sans passer par d’autres chemins que celui de la franchise que je m'en tape que la France du foot gagne ou perde. Dimanche soir, j'ai très bien dormi : j'ai même fait de super beaux rêves. ...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. Je t’aime moi non plus

  La première fois que j’ai brandi un drapeau français, j’avais pas viré Front national, ou RPR. J’étais pas non plus devenu arabe de service, en service commandé pour le Parti socialiste. Non, j’avais toujours le cœur bien ancré à l’extrême gauche. Toujours, en mode internationaliste. ...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. L’ascenseur de madame Dendoune.

  A 80 ans, ma mère ne veut pas ralentir de vitesse et carbure comme si elle en avait 30 de moins. Elle continue donc à aller faire ses courses au marché de Saint-Denis, 93, au moins deux fois par semaine, sans parler de ses visites occasionnelles chez l’épicier du coin, surtout si son ascenseur fonctionne normalement.  ...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. Les ramadans de ma mère

  Maman répète toujours que peu importe son illettrisme, elle sait beaucoup mieux que le toubib et ses dix années d'études après le Bac, parce qu'elle ressent les choses à l'intérieur de son corps mieux que quiconque. Parce qu’elle est polie, elle écoute sans sourciller les diagnostics des médecins et fait mine d’être d’accord avec eux, mais elle finit toujours pas en faire qu’&ag...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. L’homophobie n’a pas de religion

  En Australie, qui est d’abord un pays anglo-saxon par excellence où chacun a sa chance professionnellement, peu importe la couleur de ta peau, peu importe également si t'es pas passé par une « grande école », l’inverse de la France, où prédomine un système sectaire, raciste, sexiste et élitiste, j’avais trouvé un job de prof de sport à deux mètres de chez moi, dans une &ea...
LIRE SUITE

La chronique du Tocard. De l'eau du robinet seulement

  Ma maman que vous commencez à connaître un chouia tellement elle est faite tout en beauté et en douceur doit être toujours mise devant le fait accompli; sinon, elle se sent trop pauvre légitimement pour accepter de profiter des plaisirs de la vie. Par exemple, pour l’emmener dîner à l’extérieur, il faut ruser de malice et lui faire croire à une ballade chez sa cousine Zineb et au dernier moment, changer d&rsquo...
LIRE SUITE

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. I love you

    La première fois qu'une nana m'a dit je t'aime, c'était comme un tonnerre d'applaudissements, comme si je recevais l'oscar du meilleur acteur tellement j'étais honoré et submergé de bonheur...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito