Benzema, « la racaille », paie ses impôts... en France

En France, on le présente souvent comme une « racaille », comme un mauvais Français. Et pourtant, Karim Benzema a décidé de payer l’impôt sur ses droits à l’image en France, et pas comme ses petits copains du Réal Madrid dans des paradis fiscaux. Par exemple, en sept années, Cristiano Ronaldo aurait dissimulé près de 150 millions d'euros au fisc. On pourrait également citer les cas de ces tennismen français qui planquent leur pognon en Suisse et qu'on présente pourtant comme « de bons Français ». Eux sont toujours sélectionnés en équipe de France. 

L'information parue ce mercredi 7 décembre chez nos confrères de Médiapart a été obtenue grâce aux documents de Football Leaks. Le site français et le réseau Europe an Investigative Collaborations ont eu accès à 1900 gigaoctets de documents confidentiels, montrant les coulisses d’un « foot business » miné par l’appât du gain.

On apprend également dans cet article que « sans tomber dans l’illégalité, sans même chercher à optimiser, Benzema aurait pu domicilier sa société en Espagne, où il joue depuis l'été 2009, et où il paye les impôts sur le revenu ». Il a préféré installer BOB (Best of Benzema), à Lyon, dans sa ville d’origine. L’international français paie donc l'impôt sur les sociétés en vigueur en France, au taux de 33,3 %. Pour Ronaldo, le taux est inférieur à 5 %, relèvent les documents Football Leaks.

Contacté par les journalistes de Médiapart pour qu’il explique son choix, Karim Benzema a fait savoir par son agent qu’il ne souhaitait pas faire de commentaire, car tout ce qu’il dirait « serait de toute façon mal interprété ». On comprend son choix.

Nadir Dendoune

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Quand on veut on peut : Toz

    Beaucoup de ceux qui sont bien nés, pas tous heureusement, qui ont réussi, non pas grâce à leur sueur mais grâce à leur pedigree de privilégiés de l'existence surkiffent les Bicots de banlieue d...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»

Edito