Hatem M'rad

Politologue tunisien spécialisé dans les partis politiques, l'opinion publique, le libéralisme et la gouvernance; professeur agrégé de science politique à la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de l'Université de Carthage et président-fondateur de l’Association tunisienne d'études politiques.

Point de vue / Tunisie. Dénonciations, indiscipline et corruption

Hafedh Caïd Essebsi (C), le président de Nida Tounès et fils du président tunisien Bèji Caïd Essebsi, posant avec les membres du parti tunisien, lors d'une conférence de presse organisée le 10 janvier 2016 à Tunis. AMINE LANDOULSI / AGENCE ANADOLU / AFP

La semaine politique tunisienne a été agitée par des pratiques de dénonciation touchant des membres dirigeants de Nida Tounès, qui ne cessent depuis quelques temps déjà de s’accuser mutuellement de tous les vices : corruption, fuites ou dénonciations, selon la faction dont ils se réclament. Loin de tout esprit partisan, de solidarité ou de discipline. ...
LIRE SUITE

Point de vue / Tunisie. Nida est une idée, pas un parti

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi et son fils Hafedh Caïd Essebsi, secrétaire général du parti Nidaa Tounès, avant la signature du pacte de Carthage, au Palais présidentiel de Carthage, le 13 juillet 2016.

On ne disconvient pas que Nida Tounès, parti au pouvoir, est devenu une curiosité politique. Majoritaire sur le plan électoral, minoritaire sur le plan parlementaire, déchiré sur le plan organisationnel. Curiosité, parce qu’il s’agit d’un parti au pouvoir disloqué, fractionné, objet de multiples scissions, sans leadership clair, mais qui n’en reste pas moins influent sur la scène politique.  ...
LIRE SUITE

Point de vue / Tunisie. L’autoritarisme social de l’UGTT

Tunis, le 22-01-2017. L'ex-secrétaire général de l'UGTT (C), Houcine Abbassi (2011-2017), le nouveau secrétaire général de l'UGTT(G), Noureddine Taboubi ( élu le 26-01-2017) et le secrétaire général adjoint de l'UGTT et président du comité d'organisation du congrès de la centrale syndicale, Bouali Mbarki. FETHI BELAID / AFP

Autant on peut reprocher au gouvernement de rester en deçà du pouvoir politique qui lui est reconnu, acculé à s’autolimiter et à subir les contraintes de la transition et les nécessités du compromis, autant on est en droit d’être inquiet du sur-pouvoir manifeste vers lequel glisse lentement l’UGTT depuis quelques années, la conduisant à pratiquer ce qu’on pourra appeler « l’autoritari...
LIRE SUITE

Point de vue / Tunisie. Signe d’un nouveau destin pour Chahed ?

Le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed. FETHI BELAID / AFP

Voulant tirer la leçon des difficultés politiques d’un gouvernement de coalition dirigé par un homme neutre, un peu rigide, un peu trop administrateur, le président Essebsi a décidé de franchir le Rubicon de la jeunesse et de la fougue. Il désigne Youssef Chahed, un homme tout neuf ayant peu d’expérience administrative et politique, issu de son propre parti, Nida Tounès. Le président prend alors soin d’acc...
LIRE SUITE

Point de vue / Tunisie. Démettre un ministre par un syndicat sectoriel

Tunis, le 29 novembre 2016. Manifestation d'enseignants tunisiens, mobilisés par le syndicat de l’enseignement secondaire appelant à la démission du ministre de l'éducation nationale, Néji Jalloul. AMINE LANDOULSI / ANADOLU AGENCY / AFP

En démocratie, et en régime parlementaire, un ministre est en principe démis de ses fonctions par le chef de gouvernement, notamment lorsqu’il y a un changement de politique gouvernementale ou lorsqu’il y a insuffisance de résultats, en cas de faute politique ou d’incompatibilité d’humeur avec le chef du gouvernement, ou encore lorsqu’il s’oppose lui-même à la politique gouvernementale.  ...
LIRE SUITE

Tunisie. La moralité des gouvernants : quelles exigences ?

L’homme politique, au pouvoir ou à l’opposition, doit-il de nos jours être parfaitement honnête pour être en droit de solliciter la confiance des électeurs et mériter leur vote, ou pour continuer à gouverner imperturbablement après son élection (démocratique) ? Face aux tentations multiples et diverses auxquelles l’homme politique, candidat, gouvernant ou opposant, est censé de plus en p...
LIRE SUITE

Point de vue / Tunisie. La diplomatie informelle de Ghannouchi

Rencontre entre le président turc Recep Tayyip Erdogan (G) et le dirigeant tunisien du parti Ennahdha Rached Ghannouchi (D) au palais Tarabya à Istanbul, en Turquie le 26 novembre 2016. PRESIDENCE TURQUE / MURAT CETIN / ANADOLU AGENCY / AFP

On le sait, publique ou secrète, officielle ou officieuse, la diplomatie relève du souverain, du maître de l’Exécutif : chef d’Etat, monarque ou républicain, ou chef de gouvernement en régime parlementaire. En Tunisie, la diplomatie relève du Président Essebsi. Elu par le peuple, la Constitution lui confie, à titre exclusif, la haute compétence diplomatique et la tâche de définir la politique &e...
LIRE SUITE

Tunisie. « Une Révolution en pays d’islam » de Yadh Ben Achour

Il est pour le moins risqué de faire une étude de synthèse, ou même d’être un mémorialiste d’un passé très récent, de restituer l’ordre des évènements vécus, même en y ajoutant sa propre réflexion sur le pourquoi et le comment des choses, notamment quand il s’agit de la Révolution tunisienne et de la première phase, sans doute la plus déterminante, de la ...
LIRE SUITE

Etats-Unis. C’est Obama qui a fait Trump

Barak Obama et Donald Trump devant la Maison Blanche avant la cérémonie d'investiture, le 20 janvier 2017 à Washington, D.C. Trump devient le 45e président des États-Unis. KEVIN DIETSCH / DPA / AFP

Barack Obama aurait certainement marqué ses deux mandats, de 2009 à 2017, ainsi que l’histoire politique américaine de plusieurs manières. Son cursus universitaire même est brillant. Diplômé de l’Université de Columbia et de la faculté de droit de Harvard, il a été en 1990, le premier afro-américain à présider la prestigieuse « Harvard Law Review ». Avocat à...
LIRE SUITE

Etats-Unis. L’illibéralisme du libéralisme américain

Photo d'illustration - Deux des pères fondateurs des Etats-Unis : Thomas Jefferson (G), George Washington (D) et Donald Trump. CORBIS / GETTY IMAGES

Fareed Zakaria, un universitaire et commentateur politique, qui anime la célèbre émission« GPS » à CNN, a écrit il y a quelques décennies un essai retentissant sur « The Rise of Illiberal Democracy » (2003), dans lequel il parlait des dérives possibles de la démocratie libérale, dans sa manière d’être appliquée dans certains pays qui confondent pluralisme &eacut...
LIRE SUITE

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. I love you

    La première fois qu'une nana m'a dit je t'aime, c'était comme un tonnerre d'applaudissements, comme si je recevais l'oscar du meilleur acteur tellement j'étais honoré et submergé de bonheur...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»


Edito