"Les Affranchis du Cinéma", c'est parti

La salle du cinéma Georges-Méliès à Montreuil - Seine Saint Denis. Stephan Zaubitzer / Hans Lucas / AFP

C'est l'histoire d'une bande d'amis, tous passionnés de cinéma qui décident de continuer une aventure initiée il y a une dizaine d'années par Aicha Belaïdi. La fondatrice du festival les "Pépites du Cinéma" est décédée en janvier 2016. De nombreux jeunes issus des quartiers populaires lui doivent beaucoup. Malika, Sandrine, Sabrina, Delphine, Nadja et Adnane ont décidé de reprendre le flambeau. Désormais, ils s'appellent "Les Affranchis du Cinéma". Le 9 décembre, la projection de six courts métrages au cinéma Georges-Méliès à Montreuil (93) lancera leur aventure. 

Pourquoi le nom "Les Affranchis du Cinéma"?

C’est parti d’une blague. Au départ, on ne pensait pas se lancer dans ce nouveau projet. On parlait juste des difficultés que nous avions à remonter une nouvelle association sans aucun financement, en s’appuyant juste sur notre réseau. Un réseau que nous avions construit au cours de ces dix dernières années lors des éditons du festival Les Pépites du Cinéma. Les membres de l'équipe des Affranchis du Cinéma ont participé à cette fabuleuse aventure mais avec la disparition d'Aicha, la fondatrice, nous ne savions pas si nous devions continuer. Nous avons finalement accepté. Et le nom "Les Affranchis du Cinéma", nous est venu naturellement. C'est l'essence même de notre combat : diffuser les films d’une nouvelle génération de cinéastes, affranchis des codes et hors des parcours de diffusion habituels. 

Était-ce important pour vous de continuer l'aventure initiée il y a une dizaine d'années par Aicha Belaïdi ?

Oui, bien sûr. Aïcha, c'est un être irremplaçable et elle nous manque terriblement. Continuer l'oeuvre entreprise par elle, c'est respecter le travail que nous avons accompli tous ensemble. C'est aussi ne pas laisser retomber la dynamique mise en place depuis dix ans. Cela permet également de ne pas oublier tous les liens qu'Aïcha avait réussi à tisser entre nous tous. Nous avons partagé tellement de choses. 

Quel regard portez-vous sur le cinéma français ?

Il y a des choses qui avancent mais encore trop lentement. Le cinéma français a du mal à se renouveler. On voit souvent les mêmes personnes à l'écran. Le rôle des Affranchis du Cinéma est justement de mettre en valeur un autre cinéma, plus divers, moins figé. Voilà pourquoi, nous avons opté pour une programmation hétéroclite. Hétéroclite ne veut pas dire dénué de cohérence. Nous voulons mettre avant tout, en avant des films qui défendent un ensemble de valeurs, avec des notions de partage, de solidarité. 

Le programme ?

Le 16 novembre dernier, nous avons organisé une avant- première de la série "Craignos" réalisée par Jean Pascal Zadi et qui nous l'espérons devrait bientôt être diffusée à la télévision. Cette soirée spéciale avant le lancement officiel de l’association était avant tout un coup de cœur. Cela nous a paru évident de continuer à soutenir le travail de Jean-Pascal après la diffusion de ses précédents films qui avaient été sélectionnés aux Pépites du Cinéma. Le 9 décembre, pour le lancement officiel, nous projetterons six courts métrages, tous issus d'un cinéma que nous soutenons depuis des années. Pour 2017, nous souhaitons organiser d’autres événements. Nous préparons de nouvelles dates, dans des lieux différents, afin de créer de nouvelles rencontres, de nouveaux échanges entre les publics. 

Comment comptez-vous financez les prochains événements ?

Bonne question ! L'association fonctionne qu’à la seule et unique force de l’investissement personnel (bénévolat) des membres fondateurs et avec le soutien du public qui, nous l'espérons, seront nombreux à se déplacer à nos événements. Nous tenons particulièrement à ce qu'ils soient accessibles au plus grand nombre, d'où notre volonté de travailler en partenariat avec les lieux de diffusion. L’association est toute récente : elle a été créée en juin 2016. Nous irons chercher plus tard des financements, mais pour l’instant, l'objectif premier est de démarrer cette nouvelle aventure. 

Propos recueillis par Nadir Dendoune

Dernière minute


La chronique du Tocard

  • La chronique du Tocard. Quand on veut on peut : Toz

    Beaucoup de ceux qui sont bien nés, pas tous heureusement, qui ont réussi, non pas grâce à leur sueur mais grâce à leur pedigree de privilégiés de l'existence surkiffent les Bicots de banlieue d...

    LIRE SUITE Tous les articles de la rubrique Economie»

Edito